Archive pour novembre 2013

la ménagère est moscovite

12 novembre 2013 | l'Internationale ménagère

à Moscou, la ménagère a croisé quelques profils bien typiques de ses correspondantes locales: – la Babouchka : modèle traditionnel, plutôt rustique, qui semble en déclin ; –  elle est suivie de la Travailleuse Modeste :  très fréquente dans les rues de Moscou, elle n’a cependant plus le vent en poupe ; (remarquez au passage le sac […]


à Moscou, la ménagère a croisé quelques profils bien typiques de ses correspondantes locales:


– la Babouchka : modèle traditionnel, plutôt rustique, qui semble en déclin ;


–  elle est suivie de la Travailleuse Modeste :  très fréquente dans les rues de Moscou, elle n’a cependant plus le vent en poupe ; (remarquez au passage le sac plastique, accessoire indispensable depuis l’époque soviétique ; de préférence aujourd’hui avec un logo Chanel ou D&G)


– très russe également: la Femme en Uniforme ; avec une version particulière et moscovite : la Femme à la Guérite, au bas des escalators du métro, dont la fonction reste mystérieuse ; (à noter : le métro de Moscou est certainement l’un des plus beaux du monde, il vaut la visite, pour le prix d’un simple ticket de transports en commun!)


–  modèle très contemporain : l’Exécutive Woman : elle en veut, elle a les dents longues ; ce profil est vraiment tendance ;


– jamais démodée : la Mariée (de préférence avec un riche oligarque)…

– une mariée qui aspire à devenir l’Oisive Shoppeuse (ça c’est le top) ; elle va magasiner au Goum, où elle trouve toutes les grandes marques internationales du luxe (quand tu penses que c’était le magasin des bolcheviks) ; car c’est une fan de bijoux, de mode, de grosses 4X4, et de frime en général : saviez-vous qu’en Russie, les logos sont plus gros qu’ailleurs ?

– en revanche, la mariée évolue de plus en plus rarement vers la catégorie Mère de Famille : c’est beaucoup moins fashion que chez nous !

– pour finir, une photo de groupe de ménagères moscovites : elles n’ont pas usurpé leur réputation, ce sont sans conteste les plus belles, de l’ouest à l’est de l’Oural…

 

Les aventures potagères de la ménagère
version urbaine & durable (2)

12 novembre 2013 | alimentaire

Plus sérieusement, et plus largement : les anciens « jardins ouvriers », qui avaient pratiquement disparu, connaissent un nouvel essor sous d’autres appellations : jardins familiaux, jardins partagés… plus de 150 000 parcelles aujourd’hui ; une large majorité des Français déclare jardiner, il paraît même que nous dépensons plus pour cette activité que pour l’achat d’équipement micro-informatique… […]

Plus sérieusement, et plus largement : les anciens « jardins ouvriers », qui avaient pratiquement disparu, connaissent un nouvel essor sous d’autres appellations : jardins familiaux, jardins partagés… plus de 150 000 parcelles aujourd’hui ; une large majorité des Français déclare jardiner, il paraît même que nous dépensons plus pour cette activité que pour l’achat d’équipement micro-informatique… incroyable, non ?
De nombreuses associations font la promotion des jardins urbains : par exemple à Montreuil, dans le 9-3, le projet de reconversion des anciens mûrs à pêches…

Encore plus fou aux USA : savez-vous que Detroit, megapole et symbole de l’automobile, industrie reine du XXe siècle, ville récemment moribonde, est en train de renaître, notamment grâce à l’« urban farming »? La révolution de l’agriculture urbaine est en marche…

city farming

Have a look :
http://www.sustainablefootprint.org/…
http://www.urbanfarming.org/
http://territoires2demain.blogspot.com/…

Bon c’est pas tout, mais faut qu’j’m’y mette… si vous avez quelques plants de tomate à céder, je suis cliente…

La ménagère veut laver plus vert
épisode III

12 novembre 2013 | produits d’entretien

Là je vais la jouer encore plus écolo, avec la noix de lavage (1) : coque du fruit de l’arbre à savon, elle contient de la saponine, qui lave le linge en douceur, respecte les couleurs, la peau, l’environnement, et fait faire des économies car réutilisable plusieurs fois! Bon y’a quand même quelques défauts : […]

Là je vais la jouer encore plus écolo, avec la noix de lavage (1) : coque du fruit de l’arbre à savon, elle contient de la saponine, qui lave le linge en douceur, respecte les couleurs, la peau, l’environnement, et fait faire des économies car réutilisable plusieurs fois! Bon y’a quand même quelques défauts : pas de bonne odeur, mais pour ça il suffit de rajouter quelques gouttes d’huile essentielle dans la pochette à noix; des taches occasionnelles dues à la noix elle-même (éviter de laisser le linge trop longtemps dans le tambour) ; pour finir, ça vient quand même d’Inde ou de l’Himalaya, ça veut dire un bilan carbone pas top!

noix de lavage
Je crois que j’ai trouvé le plus roots : faire soi-même sa lessive à la cendre (qui comme chacun sait contient de la potasse), avec : de la cendre de votre cheminée, des seaux pour décanter et filtrer, quelques jours de patience, le tout de préférence à l’extérieur… (2) bon ça a l’air bien, mais je ne m’y suis pas encore mise, c’est quand même un peu de boulot…
C’est tout pour aujourd’hui, je vous tiens au courant de la suite de mes expériences… en tous cas, j’aimerais bien trouver des produits un peu plus nature (et tout prêts !) dans les rayons de mon hyper favori…

1. http://www.eco-sapiens.com/…
2. http://frogblog.skyrock.com/…

La ménagère veut laver plus vert
épisode II

12 novembre 2013 | produits d’entretien

On en a vu la pub à la Tévé : j’essaie la boule magique ça a l’air vraiment magique, y’a des ions, des infrarouges, des champs magnétiques… Tout ça dans une boule plastique contenant de petites billes d’argile : ça lave sans détergent, sans allergie, sans pollution… (pas donné quand même, et à renouveler au […]

biowashballOn en a vu la pub à la Tévé : j’essaie la boule magique ça a l’air vraiment magique, y’a des ions, des infrarouges, des champs magnétiques… Tout ça dans une boule plastique contenant de petites billes d’argile : ça lave sans détergent, sans allergie, sans pollution… (pas donné quand même, et à renouveler au bout de quelques mois) en plus il y a les variantes indispensables: boule vaisselle, adoucissante, anti-calcaire… bon, je vais quand même voir les sites un peu scientifiques qui en causent (1) « Que dire donc de l’efficacité de la balle ? On sait que l’eau dissout environ 80% de la saleté normale de nos
vêtements. Avec ou sans balle, du linge non taché ressortira donc aussi propre. Par contre, pour les cernes et les taches, il est essentiel d’avoir des détergents. On n’y échappe pas. »
Du coup, ça va m’inciter à mettre moins de lessive, et compléter par des balles de lavage en élastomère, moins « magiques » mais beaucoup moins chères, et surtout pas menteuses : Placées dans le tambour, elles brassent et battent le linge, qui est ainsi mieux lavé, mieux rincé, plus doux et plus facile à repasser ; elles permettent aussi de réduire la quantité de lessive, la température de l’eau, l’adoucissant, et sont réputées increvables (2) ; sympa, ça a un petit côté « Mère Denis au lavoir », sauf que c’est pas moi qui bats le linge !

1. http://blogue.sciencepresse.info/physique
2. http://www.toutallantvert.com

Les aventures potagères de la ménagère
version people & fashion (1)

12 novembre 2013 | alimentaire

Ça fait quelques années que je cultive des fleurs dans mon jardinet de banlieue ; loin d’avoir fait le tour de la question, j’ai cependant envie de nouvelles aventures, non plus florales, mais légumières : évidemment, pour la fierté de l’auto-production ; et puis, l’économie, la disponibilité, la fraîcheur (aller cueillir sa laitue juste avant […]

Ça fait quelques années que je cultive des fleurs dans mon jardinet de banlieue ; loin d’avoir fait le tour de la question, j’ai cependant envie de nouvelles aventures, non plus florales, mais légumières : évidemment, pour la fierté de l’auto-production ; et puis, l’économie, la disponibilité, la fraîcheur (aller cueillir sa laitue juste avant le repas, un must!); et surtout, la qualité (bio of course), et le goût, évidemment meilleur…

En me documentant un peu sur le sujet,  je me rends compte que je ne suis pas la seule sur le coup : il paraît que le potager est TRÈS tendance cette année…
La French Touch : Marion Cotillard en couv de Elle (février 2009), avec son bustier Dior et son tablier à carreaux rempli de carottes et de navets : trop chou, Coco ! Bientôt les sabots et la fosse à purin au Vésinet !

covers

En plus, y’a pas que chez nous : Michelle Obama donne l’exemple, et va enfin pouvoir cultiver sa roquette dans les jardins de la Maison Blanche car Barack adôre la roquette …(Le Monde, 24 mars 2009)