Archive pour la catégorie ‘alimentaire’

LA MÉNAGÈRE À LA CHOCOLATERIE

14 janvier 2015 | alimentaire, l'Internationale ménagère

Aussi curieuse que gourmande, la ménagère aime savoir d’où vient ce qu’elle mange, et pratique à l’occasion le tourisme industriel (en visitant des sites soigneusement sélectionnés 😉 C’est ainsi qu’en 2014, elle est revenue emballée d’un lieu unique : la chocolaterie de Bali ! A Bali la nature est belle, et l’agriculture en harmonie, avec […]

Aussi curieuse que gourmande, la ménagère aime savoir d’où vient ce qu’elle mange, et pratique à l’occasion le tourisme industriel (en visitant des sites soigneusement sélectionnés 😉
C’est ainsi qu’en 2014, elle est revenue emballée d’un lieu unique : la chocolaterie de Bali !

A Bali la nature est belle, et l’agriculture en harmonie, avec des pratiques traditionnellement écologiques et durables, des cultures fondues dans des paysages sublimes, des plantations aussi belles que des jardins botaniques, qui mélangent des plantes merveilleuses ! (comme le cacaoyer)

plantation

Créée dans cet esprit si balinais, qui associe le beau, le bon, et le bien, la chocolaterie de Bali, Big Tree Farms, a tout pour plaire:
Engagée dans le développement durable, elle travaille, sur des bases éthiques, avec des milliers de petits producteurs locaux, tous agriculteurs bio;
Elle a développé avec eux des produits inspirés de recettes et de techniques traditionnelles, et produit des chocolats aussi sains que délicieux, grâce à un secret : une fabrication à froid qui préserve tous les bons apports du cacao ; et aussi grâce à un ingrédient magique : le sucre de fleur de coco, le meilleur sucre de la TERRE ! le Wonder Chocolate s’adresse aux Vrais amateurs de Vrai Cacao ; quant au chocolat à boire, onctueux et parfumé, c’est une tuerie pour les Vrais Gourmands du chocolat.

produits
La visite de l’entreprise vaut en elle-même le déplacement ; car elle est abritée par une nef végétale, chef d’œuvre d’architecture de bambou : ressource locale abondante, matériau particulièrement solide, antisismique, imputrescible, durable… et en plus, c’est beau !

chocolaterie

Si vous avez la chance d’aller à Bali, ne manquez pas la visite, et la dégustation ! sinon, allez sur leur site :

http://bigtreefarms.com/

https://www.youtube.com/watch?v=Rv4gv_HIivY

Vous reprendrez bien un peu de sauterelles? la ménagère est entomophage

10 janvier 2015 | alimentaire

  Mangez des insectes! C’est le nouveau mot d’ordre de l’Union Européenne, qui investit dans la promotion des insectes dans notre alimentation, à la suite de la FAO, qui a lancé un vaste programme pour encourager l’élevage industriel des insectes.   Je vois vos yeux qui brillent et vos papilles qui frétillent: mais oui! Que […]

 

entomophageMangez des insectes! C’est le nouveau mot d’ordre de l’Union Européenne, qui investit dans la promotion des insectes dans notre alimentation, à la suite de la FAO, qui a lancé un vaste programme pour encourager l’élevage industriel des insectes.

 

entomoJe vois vos yeux qui brillent et vos papilles qui frétillent: mais oui! Que n’y avions-nous pensé plus tôt, sachant que près de 1.400 espèces d’insectes sont consommées quotidiennement par 2,5 milliards d’humains? Et que nous-mêmes, Français, adorons ingérer des gastéropodes baveux et autres batraciens gluants? Et puisqu’on parle d’insectes, n’oublions pas la régurgitation des abeilles, et les sécrétions des pucerons, dont nous nous délectons sous la forme de miel?

En fait il y a plein de bonnes raisons de manger des insectes:

C’est bon pour nous:
Sains et nutritifs, les insectes sont riches en protéines, pauvres en matières grasses, et représentent des apports précieux en minéraux et vitamines; par ailleurs, plus éloignés de nous que les mammifères, ils risquent moins de nous transmettre des germes pathogènes compatibles (cf ESB, grippe aviaire, etc.)

C’est bon pour la planète: impact-environnemental
L’élevage intensif de bétail pourrait devenir intenable au niveau environnemental dans les décennies à venir; il épuise des ressources déjà limitées en terres, renforce la production de gaz à effet de serre, la déforestation et la dégradation de l’environnement. L’élevage des insectes est écologique, avec un impact environnemental beaucoup plus faible que celui des mammifères, et une productivité plus élevée; il utilise moins d’eau, et produit moins de gaz à effet de serre que le bétail.

C’est bon pour l’humanité:
On ne sait pas comment on nourrira les 9 milliards d’humains de 2050! Car les produits actuels de l’agriculture n’y suffiront pas: la nécessité de trouver des sources alternatives de protéines est urgente. Les insectes constituent une de ces sources d’avenir, et la promotion des insectes comestibles pourrait atténuer la pénurie alimentaire qui s’annonce.

productivité

Et en plus: C’est bon tout court!article_insectes
Ah, la brochette de grillon grillé, croquant sous la dent! Et la petite sauterelle frite-salée, qui croustille à l’apéro comme une crevette joyeuse! De divins délices, dont on ne peut jouir que lors d’une escapade exotique…
Mais non, aujourd’hui vous pouvez facilement commander en ligne vos insectes comestibles: par exemple sur http://www.insectescomestibles.fr/

visu_sucettesVous y trouverez aussi de délicieuses recettes et friandises: crêpes sauteuses aux vers de farine, sushi aux punaises, raviolis de criquet, brownies aux vers, tarentule grillée, scorpions au chocolat… Bon appétit!
http://www.mangeons-des-insectes.com/recettes/

 

 

 

 

 

Les aventures potagères de la ménagère
version urbaine & durable (2)

12 novembre 2013 | alimentaire

Plus sérieusement, et plus largement : les anciens « jardins ouvriers », qui avaient pratiquement disparu, connaissent un nouvel essor sous d’autres appellations : jardins familiaux, jardins partagés… plus de 150 000 parcelles aujourd’hui ; une large majorité des Français déclare jardiner, il paraît même que nous dépensons plus pour cette activité que pour l’achat d’équipement micro-informatique… […]

Plus sérieusement, et plus largement : les anciens « jardins ouvriers », qui avaient pratiquement disparu, connaissent un nouvel essor sous d’autres appellations : jardins familiaux, jardins partagés… plus de 150 000 parcelles aujourd’hui ; une large majorité des Français déclare jardiner, il paraît même que nous dépensons plus pour cette activité que pour l’achat d’équipement micro-informatique… incroyable, non ?
De nombreuses associations font la promotion des jardins urbains : par exemple à Montreuil, dans le 9-3, le projet de reconversion des anciens mûrs à pêches…

Encore plus fou aux USA : savez-vous que Detroit, megapole et symbole de l’automobile, industrie reine du XXe siècle, ville récemment moribonde, est en train de renaître, notamment grâce à l’« urban farming »? La révolution de l’agriculture urbaine est en marche…

city farming

Have a look :
http://www.sustainablefootprint.org/…
http://www.urbanfarming.org/
http://territoires2demain.blogspot.com/…

Bon c’est pas tout, mais faut qu’j’m’y mette… si vous avez quelques plants de tomate à céder, je suis cliente…

Les aventures potagères de la ménagère
version people & fashion (1)

12 novembre 2013 | alimentaire

Ça fait quelques années que je cultive des fleurs dans mon jardinet de banlieue ; loin d’avoir fait le tour de la question, j’ai cependant envie de nouvelles aventures, non plus florales, mais légumières : évidemment, pour la fierté de l’auto-production ; et puis, l’économie, la disponibilité, la fraîcheur (aller cueillir sa laitue juste avant […]

Ça fait quelques années que je cultive des fleurs dans mon jardinet de banlieue ; loin d’avoir fait le tour de la question, j’ai cependant envie de nouvelles aventures, non plus florales, mais légumières : évidemment, pour la fierté de l’auto-production ; et puis, l’économie, la disponibilité, la fraîcheur (aller cueillir sa laitue juste avant le repas, un must!); et surtout, la qualité (bio of course), et le goût, évidemment meilleur…

En me documentant un peu sur le sujet,  je me rends compte que je ne suis pas la seule sur le coup : il paraît que le potager est TRÈS tendance cette année…
La French Touch : Marion Cotillard en couv de Elle (février 2009), avec son bustier Dior et son tablier à carreaux rempli de carottes et de navets : trop chou, Coco ! Bientôt les sabots et la fosse à purin au Vésinet !

covers

En plus, y’a pas que chez nous : Michelle Obama donne l’exemple, et va enfin pouvoir cultiver sa roquette dans les jardins de la Maison Blanche car Barack adôre la roquette …(Le Monde, 24 mars 2009)